16 avr. 2014

PARIS ET QUELQUES INDISCRE(A)TIONS

En tombant par hasard sur un article d'Eléonore Bridge sur son petit Paris je me suis dis que OUI! Elle avait tout à fait raison! Moi aussi je suis tombé amoureux de mon 11ème arrondissement! Il est tellement charmant, bruyant, fleuri, jeune et casse gueule que je ne m'en lasse pas depuis bientôt 5 ans. Je me rappelle encore quand je suis arrivé ici, comme un bon petit provincial je voulais profiter de tout ce que pouvait m'offrir cette superbe ville, dans tous ses coins, toutes ses atmosphères, je partais à l'aventure avec mes amis (vrais parisiens) dans des endroits où ils ne mettaient jamais les pieds : Le café du Petit Palais, le café du musée de la Vie Romantique, la Mosquée de Paris, ... Car oui quand on est parisien on ne pense jamais à visiter Paris, alors que la ville se réinvente chaque jour et mon dieu qu'il était compliqué de faire sortir les parisiens de leurs petits quartiers attitrés. J'en parlais d'ailleurs hier avec une de mes amies, elle avait envie d'acheter un ou deux guides de voyage sur Paris pour de nouvelles trouvailles, et c'est exactement ce que je me dis dès que je rentre de vacances, car après tout connaitrons nous vraiment Paris un jour? Aujourd'hui je me suis tellement bien installé dans mon 11ème arrondissement que j'ai vraiment peur d'être devenu un parisien à part entière. Oui, sortir plus loin que Filles du Calvaire ou Bastille est un exploit herculéen pour moi, la simple idée de Rive Gauche me fait penser à un voyage exotique, alors ne parlons même pas du 17ème ou de la Butte-aux-Cailles (= le bout du monde). Oui les mauvais côtés sédentaires et casaniers de mes amis sont devenus contagieux, mais en même temps il y a tout dans la rue Oberkampf, pourquoi sortir? Du coup hier avec ce beau temps plein de promesse j'ai décidé de sortir de mes sentiers battus et rabattus pour rejoindre la pointe de l'Ile de la Cité, aux Vedettes du Pont-Neuf, pour le premier pique-nique de l'année et ce fût un vrai bonheur! Bon, il faut quand même que je vous parle d'un de mes sentiers trop rabattus : la sublime boutique Merci, sur le boulevard Beaumarchais. Car jusqu'au 28 avril, la cour intérieur est envahit des Mauvaises Graines de David Jeannerot, ce célèbre fleuriste "plantiste" du 18ème est allé jusqu'à amener dans son petit jardin printanier un poulailler miniature que les petits enfants sortant de chez Bonton adorent venir regarder au moment du goûter. Moi même, comme le garçonnet que j'étais dans ma campagne natale, je me suis amusé à jeter un oeil sur la jolie poule qui caquetait au milieu des plantes! Et quand sur le site de Merci on demande à Jeannerot si les jardins en ville sont une tendance il répond "Ce n'est pas une tendance, ce n'est pas une mode. Vous savez, 71% des parisiens viennent de province. Je viens de la province, donc j'ai besoin d'avoir du vert, de la campagne et j'ai besoin d'avoir des animaux". J'acquiesce!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire